01
Mar

4 signes qui montrent que vous devez passer de locataire à propriétaire

Compte tenu des prix de vente, il est possible que de nombreux locataires s’interrogent sur la possibilité de franchir le pas et devenir propriétaire. Abandonner la location et envisager l’achat est l’un des changements les plus courants dans le marché du logement. Habituellement, il est associé à une amélioration de la situation économique et à un niveau approprié de l’épargne, mais également à un scénario de prêt hypothécaire plus avantageux et un plan de vie plus stable.

Ce changement a commencé à être perceptible en 2015, lorsque pratiquement un acheteur sur cinq était locataire depuis de nombreuses années. Les experts ont interprété ce fait comme un signe de maturité de la demande, tandis que le comportement était impulsif durant la période du « boom ».

Quels sont les signes évidant qui indiquent que nous devons passer d’un régime à un autre ?

1. Lorsque vous avez atteint une stabilité économique et personnelle 

La solvabilité est la clé d’un achat sans surprises, et pas seulement pour ceux qui viennent du marché de la location. Pour Nuria Alvarez, un analyste financier chez Renta 4 Banco, ” votre revenu est important, mais la stabilité ou la certitude que votre travail, vous apportant des revenus récurrents va durer l’est tout autant.”

Alvarez insiste sur le fait que la dernière étape est marquée par les attentes: “Vous pouvez gagner 2.000 euros par mois net, mais si vous avez des doutes quant à savoir si vous conserverez votre travail ou non, adoptez un point de vu rationnel et n’achetez pas de logement.” Chus de Miguel, directrice commercial de Casaktua.com, assure également « qu’il s’agit d’une décision corrélée avec la situation personnelle et économique ». Plus précisément, sur le plan personnel, Luis Corral, conseillé délégué de Foro Consultores, affirme «qu’un train de vie sans mouvement ou changement imminent ou prévisible » est favorable au changement  de régime.

2. Lorsque le paiement de l’hypothèque est inférieur au revenu locatif

L’un des exercices de base, pour voir s’il est temps d’abandonner le bail, est de comparer le prix du loyer avec ce qui serait payé avec une hypothèque dans le même quartier, pour un logement similaire. Corral déclare que “si les quotas sont similaires et/ou en cas de marché haussier, il est préférable d’acheter”. Pour la location, il faut prendre en compte le loyer mensuel, le montant du dépôt et s’il y en a, les frais de copropriété ou les frais facturés au locataire. Du côté de l’achat, il faut prendre en compte le montant hypothéqué et le taux d’intérêt et toutes les taxes. Mais “au-delà de la comparaison, la clé est de «faire des économies et des perspectives économiques”, déclare Corral.

3. Lorsque vous avez économisé au moins 30% du prix du bien

La relation entre le loyer payé et ce qui sera payé pour l’hypothèque est davantage favorable si vous avez une épargne, qui vos permettra de couvrir la partie non financée par la banque, qui est habituellement d’environ 20% de la valeur de la propriété; ainsi que les dépenses relatives au notaire, registre foncier, taxes et frais d’agence, qui s’élève à 10% du prix du bien. Ainsi, De Miguel rappelle qu’ “avant d’opter pour l’achat, il convient d’avoir suffisamment d’économies pour pouvoir assumer l’achat du bien et les honoraires “.

4. Lorsque votre capacité de remboursement de l’emprunt représente un faible pourcentage de votre revenu 

Suite à la relation entre le revenu et la capacité de paiement, Alvarez déclare qu’il est préférable de gagner 1200 euros par mois avec prélèvement mensuel de 300 euros plutôt que de gagner 2000 euros avec un prélèvement de 600 euros “. Ainsi, plus le pourcentage de la part des salaires destiné à payer l’hypothèque est faible, mieux c’est.

Source: Pisos

Photography: KPL Select

 

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *